in , , ,

Pokemon Go en Asie

Photo by peter_carrot

Au Japon Pokemon est maitre

Le Pokemon Go gagne l’Asie. Dernier pays en liste, le Japon qui est pourtant le pays d’origine de Pikachu a maintenant accès au jeu en ligne depuis le 22 juillet 2016.

Thaïlande

e830b90e2ff3053ecd0b470de7444e90fe76e6d218b6174794f0c3_1280_pokemon

La ministre thaïlandaise du tourisme a demandé à Nintendo d’augmenter le nombre de pokémon rares au pays afin d’attirer plus de touristes. Le Bangkok Post a par ailleurs réagi très négativement à cette annonce soutenant que dans les temples par exemple, les visiteurs ne s’intéresseront plus à l’histoire et la beauté des lieux mais plutôt à la recherche des ces personnages virtuels.

Quelques jours plus tard, le 22 août 2016, la police a décidé d’entrer en guerre avec les chasseurs de Pokémon, en déployant des brigades d’intervention sur 10 axes majeurs de la capitale, afin d’éviter les accidents. Des équipes constituées par 50 officiers équipés de téléphones mobiles patrouilleront les rues afin de prendre en photo les contrevenants, selon Sanit Mahathavorn, chef par intérim de la police.

Sont concernés les rues et avenues suivantes : Sukhumvit et Phaya Thai, Rama I, Rama IV, Henri Dunant, Sathon, Phetchaburi, Phahon Yothin et Vibhavadi Rangsit, ainsi qu’une rue aux abords du monument de la Victoire. Plusieurs accidents ont déjà été signalés dans ce qui est devenue une “no zone Pokemon Go”. Les autorités semblent incapables de fournir une statistique précise.

Les joueurs pris en flagrant délit sont passibles d’une amende de 1.000 bahts s’ils sont surpris en courant avec leur téléphone à la main. Il faudra en parler à la ministre du Tourisme, se moque le Bangkok Post.

Cambodge, Laos et Vietnam

Photo by marsupilami92
Photo by marsupilami92

Les autorités américaines ont mis en garde les joueurs pour ces pays à cause des mines antipersonnelles et autres bombes non explosées présentes sur le territoire de ces trois pays et en diffusant des images d’un démineur devant un pokémon…

Les survivants des khmers rouges sont pour leur part choqués de voir des chasseurs de pokémons sur les Killing Fields et à la prison Tuol Sleng de Phnom Penh aussi appelée S-21 où plus de 15000 personnes y furent assassinés. “C’est une insulte pour les âmes des victimes qui sont mortes ici”, a réagi mercredi Bou Meng, 76 ans, un des rares survivants de Tuol Sleng, lieu symbolique de la folie meurtrière du régime.

“C’est un lieu de souffrances. Ce n’est pas approprié de jouer à ce jeu ici”, a-t-il ajouté, appelant le musée de demander à sortir du répertoire du jeu.

Indonésie

Le gouvernement indonésien redouble de crainte à l’égard de Pokémon Go. Les fonctionnaires du pays ont reçu l’interdiction formelle de télécharger l’application au nom du « secret d’État ». Le ministre de la Défense de proférer des menaces à l’encontre du jeu. Celui-ci craint en effet un usage à mauvais escient des données cartographiques par les renseignements étrangers, quelques jours après qu’un Français en quête de Pokémon s’est infiltré par inadvertance dans une base militaire de Java.

Malaisie

Des rapports établissent que des gens pénètrent dans des zones d’accès restreint juste pour attraper une créature Pokémon. Shahrizan Daud at-Turabi, un imam de Kuala Lumpur considère le jeu à réalité augmentée comme incompatible avec l’Islam.

Dans le monde, nous verrons sans doute apparaître ces panneaux dans un proche avenir.

e836b60929f3093ecd0b470de7444e90fe76e6d218b6174794f0c3_1280_pokemon

Taïwan

À Taipei, des mouvements de foules importants montre la frénésie, même l’hystérie collective du phénomène Pokémon.

(Visited 109 times, 1 visits today)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comments

comments